Ensemble, on sécurise le transport ADR

06 22 97 49 97

Conseiller à la sécurité

Vous êtes une entreprise dont l’activité ou l’une des activités comprend :

  • l’expédition,
  • le transport par route, 
  • l’emballage,
  • le chargement,
  • le remplissage et/ou
  • le déchargement,  

de marchandises dangereuses ?

Vous êtes probablement soumis à

l’OBLIGATION d'avoir un CONSEILLER A LA SECURITE.

ADR CONSEIL TRANSPORT a été créée pour répondre aux besoins des entreprises confrontées à cette exigence prévue dans la réglementation ADR et dans l’arrêté français dit « TMD ».

Etant certifié de la classe 2 à 9 (sauf 7), nous vous accompagnons tout au long de votre parcours afin de promouvoir toute action ou de rechercher tout moyen permettant de faciliter l’exécution des activités relatives au transport des marchandises dangereuses, dans le respect des dispositions applicables et dans les conditions optimales de sécurité.

NOS PRESTATIONS

CONSEIL EN TRANSPORT DE MARCHANDISES DANGEREUSES

  • Diagnostique permettant de vérifier si vous êtes soumis à la souscription d’un conseiller à la sécurité (GRATUIT et SANS ENGAGEMENT)
  • Formule basique comprenant :

=> Les missions de conseiller telles que définies dans le chapitre 1.8.3.3 de l’ADR et l’article 6 de l’arrêté TMD

=> Visite en entreprise (au moins une par an)

=> Assistance téléphonique et par mail

=> Rédaction de rapport annuel

=> Veille règlementaire afin de ne rien manquer

FORMATION (en supplément)

  • Formation telle que prévue au 1.3 de l’ADR pour tout le personnel concerné
  • Formation de base pour le conducteur telle que prévue au 8.2
  • Formation de conseiller à la sécurité dans le transport de marchandises dangereuses (préparation à l’examen)

SANCTION / CONTRÔLE

Suite à une modification de la loi 92-125 du 6 février 1992 relative à la constatation et la répression des infractions en matières de transports publics et privés (loi n° 2002-3 du 3 janvier 2002), la non-désignation d'un conseiller à la sécurité est considérée comme un délit, et passible, à ce titre, d'un mois à un an d'emprisonnement et d'une amende de 1000 à 30 000 euros